Les profs en moins de Blanquer face à la réalité des effectifs scolaires du Pays de Vitré

Lundi, Jean-Michel Blanquer communiquait sur les suppressions de poste en employant les termes de « rééquilibrage du primaire », d’augmentation du budget preuve d’une « priorité » du gouvernement à l’éducation et de baisse d’effectifs indolore dans le secondaire – il ne s’agit que de « 0,2% des effectifs ».  Le secrétaire d’Etat auprès du ministre chargé de l’action et des comptes publics, Olivier Dussopt, allant même jusqu’à annoncer que les effectifs scolaires en diminution expliquaient la baisse des postes. Mensonge éhonté, vite balayé, mais les spécialistes de l’éducation restaient sceptiques sur les chiffres de Blanquer. Les créations dans le primaire, les suppressions dans le secondaire, les suppressions dans l’enseignement privé, tout ça ne collait pas !

Les annonces officielles de chiffrage sont arrivées après les passages radio et le Café Pédagogique, site de référence de l’actualité éducative en France a fait le travail. Voilà les chiffres réels du budget 2019. Il s’agit désormais de 2600 suppressions de poste en 2019 dans le secondaire. Après une rentrée 2018 où 2600 postes ont été supprimées et où 20% des postes ont été retirés des concours d’enseignement. Ne l’oublions pas. Tout est dans l’article.

Décryptage : Les postes, le budget 2019 et les annonces de JM Blanquer

De sorte que le Café pédagogique s’interroge sur la faisabilité du budget Blanquer.

« 2019 va être une année budgétairement très difficile pour JM Blanquer. Toute réforme de structure ne pourra être faite que si elle est budgétairement intéressante. La réforme territoriale, celle du lycée professionnel et du lycée, ne pourront plus cacher leurs objectifs de dégager des moyens.

Le budget aura aussi des conséquences directes pour les enseignants. Ce sont les diminutions horaires liées à la réforme du lycée, accompagnées d’un rééquilibrage forcé des postes entre lycée et collège, qui permettront d’absorber la croissance démographique forte en 2019 (+40000 élèves). Les classes resteront très chargées malgré une baisse des horaires d’enseignement au lycée qui aurait pu permettre de récupérer des moyens humains. Les enseignants débutants ne seront probablement pas augmentés. Et contrairement à ce qui a aussi été annoncé, le ministère n’aura probablement pas les moyens de dégager des volumes nouveaux d’heures supplémentaires. Et encore moins celui d’augmenter les enseignants. »

Aïe !

Mais alors où en est-on des effectifs d’élèves dans le secondaire vitréen aujourd’hui avant cette rentrée 2019 difficile ? Quelle est la situation locale que Jean-Michel Blanquer s’empresse d’empirer ?

  • Collège Gérard de Nerval, Vitré
    • 24 à 27 élèves par classe dans 7 classes de 6ème
    • 26 à 28 élèves par classe dans 6 classes de 5ème
    • 28 à 29 élèves par classe dans 5 classes de 4ème
    • 28 à 30 élèves par classe dans 5 classes de 3ème

Un peu de mathématiques pour deviner que si l’inspection académique avait le budget pour ouvrir une 6ème classe de 3ème, les 145 élèves auraient été entre 24 et 25 par classe. Il faut donc conclure ici que le budget de l’éducation nationale est tel que les autorités académiques ne peuvent pas ouvrir une classe permettant de faire passer les effectifs d’élèves d’un niveau d’un établissement de 29 à 24. Une classe à 24 est inenvisageable sur le plan budgétaire. Voilà tout.

  • Lycée Bertrand d’Argentré, Vitré
    • 32 à 35 élèves par classe dans 13 classes de seconde
    • 34 à 35 élèves par classe dans 4 classes de 1ère ES
    • 31 à 34 élèves par classe dans 4 classes de 1ère S
    • 35 élèves par classe dans 4 classes de Terminale ES
    • 31 élèves par classe en moyenne en Terminale S ou STMG
    • Petite particularité au Lycée : la direction a choisi d’ouvrir 4 classes de 1ère STMG à moyens constants c’est-à-dire que le rectorat a refusé de donner les moyens à l’établissement d’ouvrir une 4ème classe, mais la direction a choisi de le faire en misant sur des heures supplémentaires effectives, les heures qui servent à mettre en place des projets spécifiques. 26 élèves par classe alors mais les arrangements pour faire tenir ce choix de structure posent de nombreux problèmes

 

Reprenons ici notre gymnastique de calcul. Le rectorat a refusé d’ouvrir une 14ème classe de seconde, au regard de son budget. Son budget ne lui permet pas d’ouvrir une classe pour faire descendre les effectifs par classe à 31 élèves.

  • Collège et Lycée Jeanne d’Arc, Vitré
    • 27 à 28 élèves par classe en 6ème
    • 26 à 29 élèves par classe en 5ème
    • 25 à 27 élèves par classe en 4ème
    • 31 à 32 élèves par classe en 3ème
    • 31 à 32 élèves par classe en 2de
    • 28 à 29 élèves par classe en 1ère ES
    • 23 à 33 élèves par classe en 1ère S
    • 25 à 32 élèves par classe en Terminale S
    • 36 élèves en 1ère STI2D
    • 23 à 32 élèves par classe en lycée professionnel tertiaire
    • 22 à 30 élèves par classe en lycée professionnel industriel

 

  • Collège Sainte Marie, Vitré
    • Une moyenne de 28 élèves par classe dans 9 classes de 6ème
    • Une moyenne de 27 élèves par classe dans 10 classes de 5ème
    • Une moyenne de 29,6 élèves par classe dans 8 classes de 4ème
    • Une moyenne de 27,2 élèves par classe dans 8 classes de 3ème

Là encore, une neuvième classe de 4ème n’est pas envisageable au regard des contraintes budgétaires. Les classes auraient été pourtant composées de 26 ou 27 élèves.

  • Collège Les Rochers Sévigné, Vitré
    • Une moyenne de 27,8 élèves par classe dans 4 classes de 6ème
    • Une moyenne de 22,5 élèves par classe dans 4 classes de 5ème
    • Une moyenne de 23,8 élèves par classe dans 4 classes de 4ème
    • Une moyenne de 26,3 élèves par classe dans 4 classes de 3ème

A la rentrée 2019, au regard du contexte de réduction de postes, la fermeture d’une classe de 4ème (cohorte d’élèves en 5ème actuellement) sera-t-elle une hypothèse envisagée ? 90 élèves dans 3 classes ?

  • Collège Pierre-Olivier Malherbe, Châteaubourg
    • Une moyenne de 27,8 élèves par classe dans 5 classes de 6ème
    • Une moyenne de 25,5 élèves par classe dans 6 classes de 5ème
    • Une moyenne de 27,5 élèves par classe dans 6 classes de 4ème
    • Une moyenne de 26 élèves par classe dans 6 classes de 3ème

 

  • Lycée Professionnel La Champagne, Vitré
    • Le lycée compte une classe de seconde professionnel à 30 élèves en enseignement général
    • 20 élèves allophones, c’est-à-dire dont la langue maternelle n’est pas le Français, n’ont pas d’accueil spécifique, l’unité spécifique consacrée à leur accueil a une capacité de 15 places.
    • Un poste d’enseignant n’est pas pourvu. C’est-à-dire que le rectorat n’a pas d’enseignant titulaire sur le poste et n’a pas trouvé d’enseignant contractuel pour assurer les enseignements.
    • 2 postes d’agents sont non pourvus.

Voilà la situation peu réjouissante des classes de l’enseignement secondaire vitréen en cette rentrée 2018.

En 2019, pour tenir ce budget avec moins d’enseignants, les autorités académiques ne pourront qu’augmenter encore le nombre d’élèves par classe, avoir recours à des enseignants contractuels – les modalités de leur recrutement font l’objet de documentaires éclairants dans les médias (1) (2), ou diminuer le nombre d’heures d’enseignement, ce que la réforme Blanquer du lycée a d’ores et déjà acté.

Le budget de l’Education Nationale est voté par l’Assemblée Nationale courant novembre. Nous nous demandons déjà comment Christine Cloarec fera avaler aux Vitréens que son vote – qui sera favorable, aucune illusion n’est ici permise – sert la réussite des élèves du territoire !

Rappelons que Christine Cloarec a voté pour la réforme de l’ISF qui coûtera 3,3 milliards d’euros en 2019.

Rappelons pour être exhaustif que Pierre Méhaignerie a voté l’ensemble des suppressions de postes sous Sarkozy (-60 000 postes) et sous Chirac (-15 000 postes) lorsqu’il était député. Blanquer était déjà responsable d’une grande part de ces suppressions de postes en tant que directeur général de l’enseignement scolaire de 2009 à 2012.