La crise sociale selon Christine Cloarec-Le Nabour

Les publications sur les réseaux sociaux de la députée de notre circonscription (1) (2) nous aident à percevoir son analyse de la crise sociale.

Plus que jamais, nous ne partageons pas les arguments développés, mais surtout la rigueur des analyses diffusées par Mme Cloarec et le choix des auteurs de ces analyses nous posent question.

 

 

Tweet n°1 : Maillard, le contrôle des chômeurs et les SDF qui choisissent la rue

L’accentuation du contrôle des chômeurs et l’obligation d’accepter certains contrats n’ont aucun sens dans une économie où nous comptons 40 demandeurs d’emploi pour une offre d’emploi à temps plein. AUCUN SENS. Si les offres d’emploi étaient pourvues demain, la France compterait 97,5% de ses chômeurs actuels sans plus aucune offre d’emploi. Il s’agit là d’un discours électoraliste très daté, voulant cliver les « travailleurs » contre les « assistés »…

Mais pour relayer cet argument classique chez LREM, notre députée choisit Sylvain Maillard, député de Paris. Sylvain Maillard est nominé aux Grossiers de l’écran 2018 pour sa déclaration sur les SDF qui seraient en majorité à la rue par choix !

 

Les idées, nous les combattons, mais comment notre députée, responsable d’une mission sur la juste prestation sociale, peut-elle attribuer du crédit à une personne si déconnectée sur les questions de pauvreté ?

 

Tweet n°2 : Bachelier, les Français crédules face aux Fake News et la guerre numérique

Florian Bachelier dans cet article déroule 3 idées en particulier :

  • Jean-Luc Mélenchon est un troll anti-républicain sous Dupont-Aignan, nationaliste et revanchard

L’opposition politique en période non électorale ne serait animée que par un esprit de revanche suite à des élections perdues pour Florian Bachelier. Rien à voir avec les choix politiques de la majorité LREM sur les droits des travailleurs, la baisse des services publics, les baisses d’impôts des plus riches…

L’emploi du qualificatif  nationaliste est une méthode très classique de LREM pour assimiler la France Insoumise au Rassemblement National. Il s’agit en fait de faire passer pour nationaliste toute personne qui met en cause aujourd’hui les traités de libre-échange et la politique néolibérale de l’Union Européenne. Halimi et Rimbert décryptent fort bien ce stratagème.

Le qualificatif de républicain est un des plus utilisés sur la scène politique actuelle. Utilisé par Jean-Luc Mélenchon, par Nicolas Dupont-Aignan comme par la majorité LREM. Tout le monde se réclame de la République. Si la République se caractérise par la séparation des pouvoirs, il est difficile de penser la majorité LREM que représente Florian Bachelier plus « républicaine » que les autres, quand on repense aux modalités du vote de l’Assemblée sur le glyphosate, à l’affaire Benalla, à la très républicaine commission de l’Assemblée Nationale de Yaël Braun-Pivet, à la nomination très républicaine du consul de Los Angeles, aux nominations des procureurs... La République des copains dixit Marianne.

  • Les Français sont manipulés par la diffusion sur les réseaux sociaux de Fake News derrière lesquelles Florian Bachelier voit la tentative de déstabilisation de puissances étatiques et privées… alors que pour lui, il est évident qu’Emmanuel Macron n’est pas le président des riches. Florian Bachelier avait déjà fait très fort il y a près d’un mois et demi en tenant le même discours sur Europe 1. Steve Bannon, Marine Le Pen…

Cette analyse d’un haut responsable de LREM est reprise sans sourciller par notre députée

  • La sécurité est l’affaire du gouvernement qui selon lui se doit de prendre et prend en responsabilité, toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de tous les Français, partout, tout le temps.

Florian Bachelier glisse très facilement de l’exigence de sécurité, à la diabolisation du mouvement des Gilets Jaunes, à la légitimation des violences par les revanchards mais aussi à la négation des violences policières. Ce glissement était plus que jamais perceptible ce week-end. Pour preuve ce tweet, dimanche soir aussitôt republié par Mme Cloarec – Le Nabour.

Florian Bachelier apporte son soutien aux policiers et pompiers au moment où le sort d’un manifestant ayant perdu un oeil dans sa ville à Rennes, était relayé partout, notamment par David Dufresne. David Dufresne, journaliste, a décompté méthodiquement plusieurs centaines de situations d’usages de la force non légitimes, disproportionnés, contraires au Code de procédure pénale, par les forces de l’ordre depuis le début de la crise sociale.

Les grands médias font état de ce problème grave pour la « République ». Castaner, Bachelier et Cloarec semblent ne pas en entendre parler ! Il est légitime de soutenir l’action des forces de l’ordre, il n’est pas acceptable d’un élu de la République de nier les violences policières.

Tweet n°3 : Quatremer, l’Etat généreux et les Français râleurs

 

Par cette publication, Christine Cloarec – Le Nabour relaie les idées suivantes sur la crise sociale :

  • Elle est liée au caractère râleur des Français.
  • La France est un pays de taxes
  • Les services publics français et le système de redistribution sont assimilables à un Etat Providence.
  • Jean Quatremer est un journaliste fiable pour parler de ces questions.
  • Les Français ne se rendent pas compte ; il faut leur réexpliquer.

Aucun de ces points ne résistent à l’analyse mais renvoient là encore aux arguments classiques de la pensée néolibérale. Leur publication interroge sur la méconnaissance des médias français et le mépris à l’égard de la population.

  • La France se caractérise par un pourcentage important de cotisations ouvrant des droits, ce qui diffère des taxes.
  • La révolte des Gilets Jaunes est l’expression de colère de travailleurs pauvres, de gens précarisés ou sans travail et dont le mouvement au long cours a vu la formalisation de revendications qui méritent considération et en tout cas, une écoute de la part des représentants du peuple. Ces représentants du peuple dont Mme Cloarec fait partie ont mis ces gens dans la rue par leurs votes.
  • Ces gens souffrent de la baisse des APL, des hausses diverses et variées de produits de première nécessité, de la faiblesse des salaires, de l’absence des services publics ou de leur dégradation, particulièrement en milieu rural, et ne comprennent pas les cadeaux fiscaux votés par Mme Cloarec aux plus riches. Il n’y a rien à leur expliquer. Ils ont bien compris la politique de ce gouvernement.
  • A ces gens qui souffrent, les élus de la majorité répondent comme Mme Cloarec qu’ils reçoivent beaucoup.
  • La réputation et la constance de Jean Quatremer dans la louange de l’Europe, la défense du néolibéralisme et de ses défenseurs politiques lui ont valu des articles cinglants remettant clairement en cause son professionnalisme (2)  et une place dans le top 10 des éditocrates de Cyran, Chollet et Cie

Pourquoi relayer une telle analyse ?

L’absence de déclarations claires et la publication d’avis tiers par Mme Cloarec sans explications nous amènent à nous interroger sur son analyse de la crise sociale qui secoue le pays.