Double discours à tous les étages

Le double discours consiste à tenir des propos contradictoires devant des auditoires ou à des moments différents, soit par manque de discernement, soit par foutage de gueule manifeste de ses interlocuteurs.

Nos responsables politiques du national au global font état de compétences dans le double discours. A des niveaux divers d’expertise, certes.

Tout en haut, il y a le président de la République. Guillaume Meurice parle à son sujet de foutage de gueule Level Expert quand après avoir refusé d’accueillir l’Aquarius et fait la morale à l’Italie, E. Macron lâche ce tweet de compassion pour la vie des migrants.

 

La majorité LREM bat aussi des records d’expertise du double discours ! Dernier exemple en date, le nutriscore. Après avoir rejeté l’étiquetage nutritionnel obligatoire dans la loi, Castaner et consorts promeuvent ce même étiquetage nutritionnel et invitent les citoyens à solliciter les grandes marques sur le sujet. Un double discours qui répond au critère du foutage de gueule mais aussi à celui du manque de discernement ; ce refus de passer par la loi pour valoriser la pression citoyenne revient à nier le rôle du politique et de la représentation nationale, donc leur propre rôle.

 

A un niveau moins expert mais tout de même très qualifié, les députés de notre département font fort.

Laurence Maillart-Méhaignerie signe une tribune pour l’interdiction du glyphosate, puis refuse de voter l’amendement relatif à son interdiction, et enfin ces derniers jours vient partager la douleur d’un apiculteur face à la perte de ses ruches.

On peut appeler ça avoir l’écologie à géométrie variable ! Laurence Maillart-Méhiagnerie essaie de se sortir de son GlyphoGate par une pirouette : « Le glyphosate, bon, on a déconné, mais les néonicotinoïdes, on promet, on va agir ! » Ou pas…

Christine Cloarec avait également fait fort en terme de double discours sur la loi ORE.

Membre de la commission mixte parlementaire sur la loi ORE, elle a inscrit, voté et fait voté son article IV mettant en place la sélection à l’entrée à l’Université :

« Pour l’accès aux formations autres que celles prévues au V, lorsque le nombre de candidatures excède les capacités d’accueil d’une formation, les inscriptions sont prononcées par le président ou le directeur de l’établissement dans la limite des capacités d’accueil, au regard de la cohérence entre, d’une part, le projet de formation du candidat, les acquis de sa formation antérieure et ses compétences et, d’autre part, les caractéristiques de la formation. »

Pour retweeter quelques semaines plus tard les propos de la Ministre sur l’absence de sélection :

Et nous finirons par la communauté de communes de Vitré et son bilan carbone !

Vitré communauté lance un plan Climat Energie par une conférence de Jean Jouzel en 2012, plan qui réalise un bilan carbone du territoire et énumère une série de mesures pour 2013-2017. Le bilan carbone était peu glorieux avec 11 tonnes équivalent CO2 par habitant pour une moyenne nationale désormais à 7 !!!! Mais au moins, les mesures étaient définies en 2012.

2 ans plus tard, Vitré Tuvalu exprime de profondes réserves sur le respect du plan à mi-parcours.

Pas de grands changements observés sur la deuxième partie du plan. Quelques actions positives comme la mise en location de 50 VAE à Vitré certes, mais aussi une continuité de pratiques dans l’artificialisation des sols notamment. Mais au global, comment se caractérise l’évolution du bilan carbone maintenant que le plan est arrivé à son terme ?

Et bien nous ne le saurons pas ! La question a été posée par des militants écologistes d’une nouvelle mesure du bilan carbone afin d’évaluer les résultats du plan Energie Climat. La réponse de la communauté de communes a été négative.

Et pourtant, Vitré Communauté annonce aujourd’hui la mise en place d’une réflexion sur son nouveau plan Energie Climat et claironne vouloir obtenir un label ! Comment légitimer un discours volontariste au regard de la faiblesse de l’action lors du dernier plan et de l’absence d’évaluation de cette action ?

 

Ces usages du double discours peuvent étonner mais le double discours n’est que la conséquence des priorités idéologiques de nos responsables politiques. Tant que  la priorité, dans leur pensée néolibérale, reste la croissance sans alourdir la dette publique, l’écologie, la formation, la santé publique… pèseront toujours moins que la création de richesses par l’économie de marché.

 

PS: Quand, lors de la réunion relative au PLU organisée par la mairie de Vitré, nous avions fait remarquer l’absence de considération pour le changement climatique dans la présentation réalisée, M. Morel, adjoint au maire de Vitré nous a répondu que la responsabilité était celle de Vitré Communauté, mais nous a fait remarquer que la mairie s’en occupait puisque la réflexion sur le PLU prévoyait de maintenir un espace vert autour de la Vilaine !!!!!! Ne pas couper des arbres ne fait pas descendre un bilan carbone aux dernières nouvelles !

 

 

 

 

One comment on “Double discours à tous les étages

Comments are closed.